• Papaver cambricum - pavot du Pays de Galles

    Papaver cambricum L.
    Syn. Meconopsis cambrica (L.) Vig.
    Famille des Papaveraceae

    Pavot du Pays de Galles



    Pont d'Espagne (65) 1400m - fin juin 2016

    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles

    Espèce qui croît dans les bois et les lieux ombragés,
    assez commune dans les Pyrénées, les Corbières,
    les Cévennes et le Massif central, plus rare ailleurs,
    entre 500 et 2000m

     

    Taille : 20 à 70cm
    Floraison : juin à août


    Herbacée vivace, hermaphrodite, légèrement velue,
    à latex jaune


    Tige dressée, rameuse


    Feuilles alternes, glauques, velues, pennatiséquées en folioles dentées
    Les basales longuement pétiolées
    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles  Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles


    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles

    Inflorescence : fleurs solitaires de 4 à 7cm, jaunes longuement pédonculées, devenant orangées
    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles  Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles

    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles   Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles
    2 sépales herbacés caducs  -  Corolle à 4 pétales
      
    Nombreuses étamines -  Style court à 6 stigmates libres
    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles


    Papaver cambricum  -  pavot du Pays de Galles
    Fruit : capsule à une loge, glabre, à 4/6 nervures, s’ouvrant au sommet par 4 à 6 valves
    Nombreuses graines
    (à revoir)

     
     

     
     
    « Diplotaxis erucoides - diplotaxis fausse-roquetteCakile maritima - roquette de mer »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Février à 09:27

    Partie de luz par le bus,   je suis montée là-haut dans le brouillard, à pied depuis la gare routière. Le plus pénible étant de se frayer un chemin parmi les badauds qui glandaient dans la rue principale. 

    Et lorsque, sortant de la brume  j'ai enfin "trouvé" le soleil... Il fallait déjà songer à descendre pour ne pas rater le bus... C'est ça les joies du transport en commun. 

    Ce pavot ressemble à ceux qui abondent du côté de Zermatt, je n'en ai vu qu'une fois dans un bois à Pralognan. 

    Continue de stimuler mon envie de retourner par là bas, Danielle, il faut du lourd pour vaincre mon appréhension de la distance.  

      • Mercredi 15 Février à 09:39

        Cette marche n'est pas à ma portée !


        Les premiers étaient en bord de route, une chance. Ceux photographiés à Oô étaient en début de montée... heureusement !

        Je ne pense pas avoir plus lourd pour te convaincre Françoise... Sinon que tu risques de longtemps regretter de ne pas avoir fait le déplacement.
        Nous avons vu pas mal de plantes durant ces balades, mais toutes ne feront pas l'objet de billet... pas assez de photos de qualité. 

    2
    Mardi 14 Février à 09:51

    Bonjour Danielle, Qu'il est beau ce pavot, que je découvre grâce à toi. Simple, très coloré. J'aime les coquelicots en général. Merci pour ton article

    3
    Jeudi 16 Février à 10:06

    Je te le redis ce n'est plus possible pour moi non plus. A présent il me faut une voiture pour approcher des sites à présent. 

    A propos de regrets, Danielle, tu ne penses pas que tu en auras d'avoir fait l'impasse sur les Alpes... Toi qui à un chauffeur...

    Depuis hier, j'attends un mail de Pappydom... Il semble qu'il soit coincé je ne sais où... avec les tiens probablement... 

    4
    Jeudi 16 Février à 18:35

    J'espère ne pas faire l'impasse sur les Alpes... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :