• Euphorbia seguieriana - euphorbe de Séguier*

    Euphorbia seguieriana Neck. 
    Famille des Euphorbiaceae

    Euphorbe de Séguier*

    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier

    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier

    Espèce qui croît dans les lieux secs, rocailles, friches,
    sur le sable et les coteaux calcaires,
    commune dans le midi,
    rare ailleurs
    jusqu’à 1600m

     

    Taille : 10 à 40cm
    Floraison : avril à juillet

     

    Herbacée très variable, vivace monoïque*, glabre et glauque,
    à latex corrosif,
     à souche ligneuse

    Tiges nombreuses,
    dressées ou ascendantes


    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier  Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier

    Feuilles épaisses, caulinaires, rapprochées, dressées, linéaires à lancéolées, atténuées-mucronées
    Feuilles ombellaires oblongues

    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier 


    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier
    Inflorescence : ombelle de cyathes* vert-jaunâtre
    6 à 15 rayons grêles 1 à 3 fois bifurqués

    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier  Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier


    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier

    Bractées ovales-triangulaires, mucronées
    Fleur femelle solitaire à 3 styles, entourée de fleurs mâles réduites à une seule étamine
    Glandes nectarifères (jaune), entières à bord externe arrondi ou tronqué

    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier


    Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier
      Euphorbia seguieriana  -  euphorbe de Séguier

    Fruit : capsule de 2à3mm, glabre, trigone à 3 sillons, lisse ou très finement chagrinée
     
     

    Espèce protégée en régions 
    Alsace, Aquitaine, Franche-Comté, Lorraine et Pays de Loire

     
     

    * Jean-François Séguier était un botaniste français,
    né à Nîmes le 25 novembre 1703 et mort le 1 septembre 1784 dans cette même ville

     
     
    « Papaver dubium - coquelicot douteuxPapaver rhoeas - coquelicot »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Mai à 13:05

    Je me demande si ce ne serait pas cette euphorbe, mal photographiée à Giens, oubliée au fond d'un DDE depuis 2013... Pas sûr... 

    En tout cas tu fais meilleur usage de tes images, voilà une page bien ficelée. 

    Hier, j'ai marché sur 4-5 km le long de l'Isère pour refaire des images d' E. stricta, normalement abondantes sans ce secteur. introuvables cette année. 

     

     

      • Mercredi 8 Mai à 17:34

        Nous sommes ressortis spécialement pour refaire des photos !!!
        Les bords de routes sont encore intéressants tant qu'ils n'ont pas été fauchés... deux autres billets en vue !

        L'Isère aurait elle débordée et tout emporté ??? J'ai vu sur TelaBotanica qu'elle est mentionnée à St Hélène du Lac début juin

      • Jeudi 9 Mai à 10:18

        Non, aucune crue par ici, le cours de l'Isère est sous contrôle. Les berges où je les voyais chaque année ont été malmenées par des arrachages d'arbres dont j'ignore la raison et la sécheresse de l'automne dernier et du printemps n'ont sans doute pas permis à aux graines de germer. 

        Tu me donnes un bon tuyau, j'essaierai d'aller roder à Ste Hélène... Sans doute pas aujourd'hui, la pluie est toujours au programme.

    2
    Mercredi 8 Mai à 13:35

    Coucou Danièle,  je suis fan des euphorbes et ces sauvageonnes me plaisent beaucoup. Tu as fait de très belles macros de la fleur. Bonne journée et bises à tous les deux.

    chatou

      • Mercredi 8 Mai à 17:35

        Merci Chantal, bonne semaine à toi, bises de nous deux

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :