• Androsace carnea - androsace couleur chair

    Androsace carnea L.
    Famille des Primulaceae

    Androsace couleur chair


    Androsace carnea  -  androsace couleur chair

    Espèce présente dans les pelouses et les rocailles des hautes montagnes siliceuses,
    entre 1400 et 3000m

     

    Taille : 5 à 15cm
    Floraison : mai à juillet

    Herbacée vivace, hermaphrodite, pubérulente, gazonnante, à souche rameuse



    Feuilles en rosettes, à limbe entier, étroit, linéaire, aigu


    Androsace carnea  -  androsace couleur chair

    Inflorescence : hampe de 2 à 10 fleurs en ombelle, roses, brièvement pédicellées 


    Involucre à folioles ovales-aigues  -  Calice tubuleux glabrescent à 5 lobes lancéolés
    Corolle dépassant le calice, à 5 lobes entiers  -  5 étamines incluses - 1 style  



    Fruit : capsule s’ouvrant du sommet à la base en 5 valves
     
    (à revoir)
     
     

     
     
    « Osmunda regalis - osmonde royalePolygonatum verticillatum - sceau de Salomon verticillé »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Juillet 2015 à 07:53

    Trop jolies ces petites fleurs!

    Bonne semaine.

    2
    Jean-Claude
    Lundi 27 Juillet 2015 à 08:40

    Bonjour,


    Je suis régulièrement vos observations toujours accompagnées de belles photos qui donnent une bonne approche des plantes.


    Ayant cherché à comprendre le genre des Androsace et en particulier du groupe "carnea" j'en suis arrivé, avec l'aide de Flora iberica et maintenant de Flora gallica, à penser que Androsace carnea L. s.s. était une rareté de quelques points des Pyrénées centrales.


    Vos photos ressemblent beaucoup à la plante que je connais du Massif Central, Androsace halleri, espèce que Flora gallica donne également des Pyrénées orientales (et géographiquement l'Andorre s'y rattache me semble-t-il).


    Vos observations vous ont-elles permis de séparer nettement les deux espèces et sur quels critères ?


    En tout cas bravo pour votre travail et bonne continuation.

    3
    Lundi 27 Juillet 2015 à 21:29

    Une découverte pour moi................bonne semaine

    4
    Lundi 27 Juillet 2015 à 23:24

    Bonjour Jean-Claude et merci de vos observations

    Je n’ai pas cherché à séparer les 2 espèces pour la bonne raison que mes principaux livres de référence ne mentionnaient pas A. halleri !

     Je ne suis pas botaniste et les clés n’étant pas mon fort, j’ai investi dans les Flores et pour me conforter dans mon idée je consulte les sites spécialisés

    - En Andorre, pour m’aider dans mes déductions, j’ai fait l’acquisition d’un petit guide sur la flore locale, il n’y est mentionné que A. carnea ( pour les A. roses)

    - J’ai aussi la Flore de Marcel Saule  « Grande flore illustrée des Pyrénées »
    Il note A. carnea sur sol siliceux sur l’ensemble de la chaîne, mais ne mentionne pas A. halleri

    - Flora gallica que vous citez mentionne :
    A. carnea est une plante des Pyrénées centrales
    A. halleri etrangère au P centrale est présente en P.O

    - Par contre Flormed donne A. carnea dans l’Aude et les PO sans mentionner A. halleri

     Je me suis ralliée à la majorité !!! Plus sérieusement, cela mérite réflexion... à suivre

    Bien cordialement
    Danielle

     

    5
    Mardi 28 Juillet 2015 à 08:05

    Bonjour Danielle, je découvre cette bien jolie fleur de montagne et son intéressante description. La montagne est loin de ma région, mais quand nous avons la chance d'y aller, je ne me lasse pas de cette flore variée, discrète parfois. Merci de nous faire partager vos observations et de nous instruire en même temps. A bientôt

    6
    Jeudi 30 Juillet 2015 à 17:40

    Ah bon, je comprends pourquoi tu les gardais au chaud depuis Juillet 2014, tu étais plongée dans Flora Gallica !

    Lors de la parution de cet ouvrage Monique pensait détenir "la bible botanique"... Elle m'avait proposé de bénéficier d'un achat groupé dans le cadre de son assos... J'ai décliné son offre et je ne le regrette pas.  

    Au fil des recherches (entre autre pour m'aider à décrire  l'onosma delphinensis), elle s'est rendu compte qu'elle y perdait son latin...  ou plutôt son français,  les termes employés dans les descriptions sont incompréhensibles et souvent inconnus des glossaires...  Et elle se n'est pas une débutante !

    7
    Vendredi 31 Juillet 2015 à 16:55

    @Françoise, 

    Je pensais enfin posséder l’Ouvrage qui allait m’aider dans mes déterminations et/ou descriptions… ma déception a été à la hauteur de mon espérance

    Je le consulte rarement… je le trouve peu lisible et trop succinct pour l’éternelle débutante que je suis. Je lui préfère « FlorMed » : Flore de la France méditerranéenne continentale, beaucoup plus clair dans sa présentation et plus riche en croquis

     

    F.G a tout de même deux avantages… la couverture et souple et plastifiée et il est plus léger !!! et pourtant je prends FlorMed dans le sac à dos. 

    Comme j'étais occupée ailleurs, j'ai choisi la facilité en ne décrivant que des plantes dont la détermination était évidente... maintenant que j'en ai le temps, je vais m'y attaquer !!!  Les sorties sur le terrain sont réduites... tout est sec ou pratiquement ! il faudrait prendre de l'altitude

    8
    Samedi 1er Août 2015 à 15:36

    Donc, tu confirmes ce que Monique a constaté à l'usage. Je me réjouis de ne pas m'être laissé tenter par cet ouvrage. Je préfère investir dans les déplacements. 

    Comme toi, j'ai vu s'installer la flore d'Août avec 3 semaines d'avance et j'ai ressenti la nostalgie classique des fins d'été.

    Pourtant tout n'est pas joué, je compte bien trouver encore quelques "bricoles" après ma semaine de Super Mamie à Cruseilles

    Relisant mon commentaire précédent je vois un  S  que je voudrais bien changer en  C  !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :